Kishinkaï

Le Kishinkaï (喜振会) est le nom de l’école crée par Léo Tamaki avec le soutien de son frère Issei Tamaki, mais également de Tanguy Le Vourch et Julien Coup.

– Le premier kanji, 喜, se prononce ki. Il signifie être joyeux, se réjouir. 喜 est aussi le second caractère du prénom de Tamura senseï 
– Le second kanji, 振, se prononce shin. Il signifie agiter, prospérer mais a aussi le sens d’approfondir, fukameru. 振 est aussi le premier caractère de l’école de Kuroda senseï, le Shinbukan.
– Le dernier kanji, 会, se prononce kaï. Il signifie réunion, association.

Le Kishinkaï représente, en plus d’un hommage à des enseignants ayant fortement inspiré sa pratique,  le groupe ou l’on approfondit dans la joie

L’école se caractérise par une direction de travail ou l’on suppose que nous sommes toujours dans une position défavorable par rapport à  l’adversaire  (qui est plus fort, plus rapide, plus grand, armé, etc.), ainsi pratiquer en utilisant sa force perd tout sons sens, surtout en tenant compte du fait que nos capacités physiques diminuent avec l’âge.

Le travail se doit alors d’être précis et accompagné d’une modification de l’usage usuel du corps, en vue de développer une efficacité maximum avec un minimum d’efforts physiques.  Pour cela nous cherchons à développer des qualités de lecture de l ‘intention, de relâchement, de mobilité, d’harmonisation à l’autre et d’utilisation de mouvements imperceptibles en privilégiant la création de déséquilibres plutôt que l’utilisation de contraintes articulaires.